18 janvier 2007
Allégations nutritionnelles : vrais messages, fausses promesses

Membre du Conseil National de l'Alimentation, l'AFOC est préoccupée des évolutions sociétales qui conduisent à ce qu'aujourd'hui plus d'un milliard d'individus dans le monde et près de vingt millions d'individus en France soient en situation de surpoids. L'obésité touche aujourd'hui près de six millions de personnes en France et la tendance est à l'aggravation, puisque les jeunes enfants sont particulièrement concernés.

Dans ce contexte, l'AFOC estime qu'il est urgent d'agir et considère que l'autorégulation par les professionnels de l'agro-alimentaire est insuffisante.

En effet, nous constatons que les publicités n'hésitent pas à transmettre des messages de nature à entretenir la confusion dans l'esprit du public. Ainsi, en va-t-il des publicités qui mettent en avant un pourcentage plus élevé de fruits dans un fromage frais sans préciser la référence à laquelle s'applique cette augmentation : ainsi, le message délivré est que le fromage contient 16% de fruits en plus, alors que le pourcentage de fruits n'est réellement que de 5%.

De même la présentation des produits est-elle souvent trompeuse, laissant une large place aux fruits alors qu'ils ne représentent qu'une proportion infime du produit.

Partant de ces constats, l'AFOC a décidé de s'associer à la diffusion d'un dépliant « vrais messages, fausses promesses » afin de contribuer à une meilleure connaissance pour les consommateurs des qualités nutritionnelles des produits et à leur éviter les véritables pièges tendus par la publicité : slogans trompeurs, présentations avantageuses, comparaisons abusives.

Au-delà de cette approche pédagogique, l'AFOC revendique un encadrement législatif beaucoup plus contraignant et des moyens beaucoup plus conséquents pour lutter contre le fléau de l'obésité et améliorer la santé et la qualité de vie des consommateurs. Notamment, en matière de publicité, nous demandons à ce que les publicités concernant des produits ayant des profils nutritionnels défavorables soient interdites aux heures de grande écoute des enfants.

S'agissant des allégations nutritionnelles des produits alimentaires, l'AFOC regrette que le lobby agro-alimentaire ait fait pression pour vider de sa substance la proposition de règlement européen sur les allégations nutritionnelles et de santé au détriment des exigences de santé publique. Alors que les pays européens sont de plus en plus confrontés à la question de l'obésité infantile, le projet de réglement interdisait aux fabricants de produits de mettre en avant sur leur emballage des messages vantant les prétendus bienfaits comme « riche en calcium et magnésium » ou autre vitamines. Toutefois, les parlementaires ont rejeté le principe selon lequel toute allégation devait reposer sur les qualités nutritionnelles réelles des produits.

Il convient que les autorités européennes reviennent sur leur point de vue et à défaut que les autorités nationales édicte un cadre juridique stricte concernant les allégations nutritionnelles des produits et la promotion de l'offre alimentaire qui soient à la hauteur des enjeux de santé publique, laquelle doit l'emporter devant la pression commerciale inhérente à la liberté du commerce. Une proposition de loi pour agir contre l'épidémie d'obésité, déposée le 23 mars 2005 dans la continuité du PNNS a été renvoyée aux calendes grecques alors qu'elle contenait des mesures visant notamment à la responsabilisation des médias, des publicitaires et des industriels de l'agro-alimentaire dans le sens des exigences du second programme national nutrition santé 2006-2010

L'AFOC demande également aux pouvoirs publics de veiller à la mise en œuvre effective des mesures contenues dans la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique qui prévoient d'imposer depuis le 1er février 2007 un message sanitaire dans les publicités télévisées ou radiodiffusées pour des boissons sucrées et les produits manufacturés et à défaut pour eux de le faire, de les taxer au profit de l'institut national de prévention et d'éducation à la santé (INPES). Si la carotte est bonne pour la santé, le bâton devrait l'être pour les industries alimentaires.

Paris, le 18 janvier 2007

Contact : Valérie GERVAIS

vgervais@afoc.net - Tél. : 01 4052 85 97



« Pour votre santé : mangez des fruits et légumes » - Téléchargez la brochure

ASSOCIATION FORCE OUVRIÈRE CONSOMMATEURS 141, Avenue du Maine - 75014 Paris - Tél: 01 40 52 85 85 - Fax: 01 40 52 85 86 - afoc@afoc.net