23 juin 2010
Agroalimentaire : les étiquettes ont l'avis dur

À peine un Français sur dix accorde sa pleine confiance à la qualité des produits alimentaires, si l'on en croit une enquête de l'IFOP, réalisée en décembre 2009 et publiée le 10 juin, qui révèle également que 40% sont pourtant rassurés par la présence d'un label de qualité. Une réelle méfiance généralisée envers l'industrie agroalimentaire, qui a trouvé un certain écho dans un vote par le Parlement européen le 16 juin en faveur de la mention obligatoire, sur les étiquettes alimentaires, de l'origine géographique de tous les types de viande et produits laitiers. Un règlement déjà obligatoire en Europe pour le bœuf non transformé, conséquence de la vache folle, le poisson, les fruits et légumes frais, les œufs, le miel et le vin.

Le texte traînait depuis 2008. À son origine, une simplification de l'étiquetage, régi par une demi-douzaine de directives, et une volonté de faciliter l'information des consommateurs « face à la montée en flèche de l'obésité et du diabète en Europe », notamment en indiquant plus clairement la valeur nutritionnelle des aliments. Au total, quelque 1 500 amendements. L'étiquetage dit de « feu tricolore », devant signaler la teneur en matières grasses, sucres et sel, est passé à la trappe. C'était pourtant, selon l'Organisation européenne des consommateurs, « le système d'étiquetage le plus pratique et facile à comprendre pour l'acheteur ». Et la principale cible des lobbies, dont la Confédération des industries agroalimentaires de l'UE (CIAA), qui aurait dépensé un milliard d'euros pour l'empêcher de passer. Également portée disparue : la taille minimale de 3 mm pour les caractères imprimés sur les étiquettes, pour raison environnementale... Pour le rapporteur du texte, Renate Sommer, députée conservatrice européenne (PPE), réputée proche de la Commission européenne et partisane des OGM, cela « nécessiterait d'accroître la taille des emballages, ce qui générerait davantage de déchets ». Voilà un avis durable.

Chaque semaine, dans Force Ouvrière hebdomadaire, des informations exclusives sur le droit de la consommation et le droit du travail. Mais aussi sur l'actualité économique, sociale et culturelle. Des reportages et des enquêtes que vous ne trouverez nulle part ailleurs. Abonnez-vous !


ASSOCIATION FORCE OUVRIÈRE CONSOMMATEURS 141, Avenue du Maine - 75014 Paris - Tél: 01 40 52 85 85 - Fax: 01 40 52 85 86 - afoc@afoc.net