25 janvier 2011
Editorial et sommaire du numéro 196 des Cahiers de l'afoc - Jan/fév 2011
Des mesures simples valent mieux qu'un beau discours

Derrière le discours convenu sur le développement durable se cachent des réalités très sombres. Certes, au sommet de Cancun, a été réaffirmé l'objectif de limitation du réchauffement climatique à + 2 °C, mais il n'a été assorti d'aucune contrainte. De ce fait plane un doute certain sur les actions qui seront mises en oeuvre par les quelques 200 pays signataires.

En France, la vaste opération de communication du Grenelle de l'environnement qui devait mobiliser toutes les énergies et se traduire par des textes et des actions d'ampleur est loin d'avoir tenu toutes ses promesses. La taxe carbone par exemple est morte-née, ce que l'on ne regrettera pas car elle conduisait tout droit à une aggravation des inégalités sociales sans résoudre le problème des émissions de gaz à effet de serre.

La journée de réflexion ConsoFrance organisée le 18 novembre dernier sur le thème « développement durable et pouvoir d'achat » a permis de mesurer l'écart entre la volonté affichée et la réalité : ainsi, entre 1995 et 2007, le poids de la fiscalité verte a- t-il diminué de 2,7% à 2,1% du PIB, passant de 6,3% à 4,9% des prélèvements obligatoires. Avec le déploiement de la RGPP, les moyens d'intervention des administrations oeuvrant pour la préservation de l'environnement sont à la baisse.

Plutôt que de beaux discours moralisateurs, il est grand temps d'adopter des mesures simples de nature à préserver notre développement  : ainsi devrait-on sérieusement envisager l'allongement de la durée légale de garantie des produits, en la portant progressivement de 2 à 10 ans. Alors effectivement les entreprises seraient obligées de fabriquer des produits durables et de diminuer la pollution qu'elles génèrent.

Plus généralement, il ne pourra véritablement y avoir de développement durable que si l'effort pour l'environnement est plus équitablement réparti entre les acteurs économiques, selon les impacts négatifs qu'ils produisent et selon leur capacité contributive.

La secrétaire générale

Valérie GERVAIS


Sommaire

COMMUNIQUE DE PRESSE

-  Loi NOME : Consommateurs encore floués (p.2)

CONSOMMATION

-  Le conseil du vendeur professionnel doit porter sur l'adéquation de la chose proposée à l'utilisation qui en est prévue par le client (p.3)

-  Les tickets-restaurant utilisables chez les détaillants de fruits et légumes (p.3)

VENTE A DISTANCE

-  Droit de rétractation suite à un achat effectué à distance : attention aux exceptions (p.4)

COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES

-  Téléchargement illégal : « j'ai reçu un mail » (p.5)

DEVELOPPEMENT DURABLE

-  La journée de ConsoFrance consacrée au développement durable et au pouvoir d'achat des ménages (p.6 et 7)

SANTE

-  Lendemains de fête : gare aux effets malins des régimes amaigrissants... (p.7)

LOGEMENT

-  Le diagnostic de performance énergétique (p.8) AGENDA (p.8)



ASSOCIATION FORCE OUVRIÈRE CONSOMMATEURS 141, Avenue du Maine - 75014 Paris - Tél: 01 40 52 85 85 - Fax: 01 40 52 85 86 - afoc@afoc.net