14 avril 2011
Pesticides : ils ne mouraient pas tous, mais...

Agriculteurs et consommateurs se retrouvent du même côté de la barrière, malheureusement en tant que victimes. La justice commence à reconnaître, certes au compte-gouttes, les dégâts des pesticides. Un modeste exploitant charentais vient de gagner, le 28 janvier dernier, son procès en appel, le tribunal reconnaissant le lien entre sa pathologie et le désherbant employé, fabriqué par le géant de l'agrochimie Monsanto, par ailleurs grand propagateur d'OGM. Précédemment, le tribunal des affaires sociales (TASS) de Poitiers avait conclu à la responsabilité des pesticides dans un autre cas de maladie de Parkinson. Plus récemment, une étude du Centre d'immunologie de Marseille Luminy (CIML), présentée, le 4 février dernier, a montré que les agriculteurs exposés aux pesticides développent de « 100 à 1.000 fois plus de cellules anormales, qui peuvent ensuite éventuellement se transformer » en lymphome folliculaire, un type de cancer du sang, qui a augmenté de 3% à 4% par an au cours des dernières décennies et touche plus particulièrement les agriculteurs de plus de 50 ans.

Côté consommateurs, une étude de l'Institut de Veille Sanitaire sur les substances chimiques présentes dans l'alimentation ou dans l'environnement, révélée le 14 mars dernier, affirme que la concentration de pesticides dans le sang des Français est supérieure à celle des Allemands et des Américains. Ce qui n'empêche guère la France de continuer à en employer de plus en plus, contrairement à la plupart de ses voisins. Selon le professeur Belpomme, un des premiers cancérologues (la discipline n'existait pas avant les années 70 mais le nombre des cancers a doublé depuis la Seconde guerre mondiale), on « soigne les malades atteints du cancer, et non l'environnement qui est lui-même malade ». Il y a quelque 25 siècles, un autre médecin, un Grec, Hippocrate, préconisait : « Que ton alimentation soit ta première médecine ». Mais le même mot grec, pharmakon, désigne aussi bien le médicament que le poison...

Chaque semaine, dans Force Ouvrière hebdomadaire, des informations exclusives sur le droit de la consommation et le droit du travail. Mais aussi sur l'actualité économique, sociale et culturelle. Des reportages et des enquêtes que vous ne trouverez nulle part ailleurs. Abonnez-vous !


ASSOCIATION FORCE OUVRIÈRE CONSOMMATEURS 141, Avenue du Maine - 75014 Paris - Tél: 01 40 52 85 85 - Fax: 01 40 52 85 86 - afoc@afoc.net