17 novembre 2011
Editorial et sommaire du numéro 201 des Cahiers de l'afoc - nov/déc. 2011
Sombre bilan...

La fin de l'année est propice aux bilans : que se sera-t-il passé pour les consommateurs et les locataires en 2011 ? Force est de constater que les mesures prises par les pouvoirs publics n'auront guère eu d'effets positifs et que la situation économique s'est dégradée, entraînant une détérioration du pouvoir d'achat et des conditions de vie d'une grande majorité de ménages.

La fin de l'année est propice aux bilans : que se sera-t-il passé pour les consommateurs et les locataires en 2011 ? Force est de constater que les mesures prises par les pouvoirs publics n'auront guère eu d'effets positifs et que la situation économique s'est dégradée, entraînant une détérioration du pouvoir d'achat et des conditions de vie d'une grande majorité de ménages.

Au plan législatif, l'AFOC avait salué l'an dernier la réforme du crédit à la consommation, dont les dernières mesures sont entrées en vigueur au 1er mai dernier. Si la plupart des dispositions apportent un « + » aux consommateurs (cf. notre article du numéro 200), il est bien évident que la source majeure du surendettement réside dans la faiblesse des revenus des ménages, frappés par le chômage, le temps partiel, les salaires dérisoires qui ne leur permettent plus de faire face aux dépenses essentielles comme le logement, l'énergie ou la santé.

Aussi est-il particulièrement choquant que l'Etat poursuive sa ponction sur les fonds d'« Action logement » qui permet de financer le logement des salariés : 3,25 milliards en 3 ans, ce sont 70 000 logements sociaux en moins, alors que les besoins sont colossaux.

Concernant l'énergie, on peut d'ores et déjà s'attendre à de fortes augmentations du prix de l'électricité à la suite de l'adoption de la loi NOME, alors que la hausse a déjà été de 10% en 2010. Quant au prix du gaz, il a déjà fait un bond de 60% en 5ans.

La loi « renforçant les droits, la protection et l'information des consommateurs » vient d'être adoptée par l'Assemblée Nationale et sera prochainement discutée au Sénat. Hélas, les améliorations qu'elle renferme restent de faible portée par rapport aux enjeux du pouvoir d'achat, du développement durable ou de la justice pour les consommateurs, qui, privés dans la loi de l'action de groupe, doivent désormais subir un droit de timbre de 35 euros pour introduire une action judiciaire.

Enfin, en matière d'information des consommateurs, l'AFOC déplore les risques de vente au privé de la revue « 60 millions de consommateurs », magazine de service public objectif et indépendant, qui guide efficacement les consommateurs dans leurs achats quotidiens. L'AFOC invite donc ses lecteurs à signer la pétition contre la privatisation sur le site www.soutenons60.org.

La secrétaire générale

Valérie GERVAIS


 [1]

SERVICES PUBLICS

-  La Poste et le développement durable (p.2-3)
-  Retrait progressif de la vente des ampoules à incandescence (p.3)

ENVIRONNEMENT

-  Ecophyto 2018 (p.4)
-  Chaudières : quelle prime à la casse ? (p.4)
-  Bisphénol A : attention danger ! (p.5)
-  Investir « vert » ? (p.5)

PUBLICITE

-  Déposer une plainte devant le jury de Déontologie Publicitaire (p.6)

LOGEMENT

-  Vandalisme dans un local loué, qui paie ? (p.7)
-  Question d'assurance (p.7)

JUSTICE
-  Nouvelle taxe sur les frais de procédure (p.8)

AGENDA (p.8)



ASSOCIATION FORCE OUVRIÈRE CONSOMMATEURS 141, Avenue du Maine - 75014 Paris - Tél: 01 40 52 85 85 - Fax: 01 40 52 85 86 - afoc@afoc.net