14 mars 2014
Editorial et sommaire des cahiers de l'AFOC n°215 - mars/avril 2014
L' « offre » ou la « demande », l'actionnaire ou le consommateur : ils ont choisi

Quand politique de « l'offre » et austérité riment avec relance de la profitabilité pour les uns et baisse du pouvoir d'achat pour les autres, chacun est légitimement en droit de se demander ce que la dernière annonce du Chef de l'Etat en la matière recouvre et ce qu'elle impliquera pour le consommateur, l'usager ou le citoyen lambda…

En théories économiques, la politique de « l'offre » repose sur la croyance que la croissance ne peut être relancée qu'en levant les freins fiscaux et règlementaires qui entrave le développement des entreprises et l'augmentation des profits. Celle de la « demande » à quant à elle pour objectif, en soutenant le pouvoir d'achat des ménages et les investissements publics, d'augmenter la consommation privée et publique ce qui stimule la demande et engendre la croissance.

Face à ces deux options, on peut s'interroger (vraiment ?) sur qui reposera la dose d'austérité supplémentaire nécessaire au financement de cette « nouvelle » politique de l'offre, ensuite, à qui la dite croissance, c'est-à-dire l'accroissement de la richesse, profitera réellement, enfin, si l'on peut prendre pour argent comptant, à titre d'acompte, la promesse de futurs meilleurs ?

Reste également à trancher si dans sa version « offre », « l'économie de la croissance » soutenue, et désormais revendiquée, par le gouvernement se fera une nouvelle fois au détriment de la demande sociale, du pouvoir d'achat des consommateurs, des besoins de l'usager et des attentes du citoyen, ou en d'autres termes, si elle se fera des uns, ceux qui n'ont que leurs salaires pour subvenir à leurs besoins et qui deviendront un peu plus pauvres, vers les autres, toujours plus riches !

Qu'on ne s'y trompe pas, au-delà des concepts et de la sémantique économique bien utile pour masquer la réalité des postures, c'est bien d'argent dont il s'agit. De celui qui sort de la poche des ménages, transite par celles de l'Etat et des entreprises pour finir dans celles des entrepreneurs et actionnaires. Pour l'AFOC, entre soutien du pouvoir d'achat ou baisse du rendement du capital, entre relance de la croissance par la consommation et l'emploi ou financement des profits, la question ne devrait même pas se poser. Quand 8,7 millions de personnes vivent en-dessous du seuil de pauvreté avec moins de 977 euros par mois, la vraie question est celle de la décence…


SOMMAIRE

VOS DROITS
-  La garantie « Protection juridique », une option intéressante (p. 2)

A SAVOIR
-  Nouveau dispositif « J'économise, j'éco-rénove » : quid pour les locataires ? (p. 3)
-  Un meilleur accès à la justice (p. 3)
-  Antennes relais et champ électromagnétique (p. 4)
-  La représentation d'un copropriétaire à l'assemblée générale (p. 4)
-  INCA 3 (p. 5)

En Bref
-  Point sur les dernières actions en justice de l'AFOC (p. 6-7)
-  Vote de la loi Hamon au Parlement (p. 8)

AGENDA (p. 8)



ASSOCIATION FORCE OUVRIÈRE CONSOMMATEURS 141, Avenue du Maine - 75014 Paris - Tél: 01 40 52 85 85 - Fax: 01 40 52 85 86 - afoc@afoc.net