29 décembre 2017
Editorial et sommaire des cahiers de l'AFOC n°238 - Janv/fev. 2018
Etats généraux de l'alimentation : du producteur au consommateur...

Annoncés par le Président de la République en juin dernier, les États généraux de l'alimentation (EGAlim) avaient pour objectifs principaux de « permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes » ; d'« accompagner la transformation des modèles de production pour mieux répondre aux attentes des consommateurs » et de « promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable ».

À l'issue de la première phase de ces États généraux consacrée à la création et la répartition de la valeur au sein de la filière agroalimentaire, on notera principalement la volonté exprimée, parfois du bout des lèvres, de réguler les relations contractuelles et commerciales, de réorganiser les filières et de rééquilibrer le rapport de force entre agriculteurs, industriels et grande distribution en conférant plus de poids aux producteurs dans la construction des prix. Bizarrement, et même si ce premier volet des « EGAlim » était consacré à la question économique et à la guerre des prix menée par les distributeurs, nul mot sur les répercussions, estimées de + 5 % à +15 %, que ces orientations auront sur le budget des ménages…

Pour l'AFOC, si une plus juste rémunération des agriculteurs apparait légitime et peut contribuer à la promotion d'une production plus saine, sûre et durable pour le consommateur, il n'en demeure pas moins que c'est sur le dos du consommateur que les protagonistes entendent faire peser le « rééquilibrage de leurs relations commerciales »… et non sur les « marges » des industriels et de la grande distribution !

Sous la pression de ces derniers, le rôle de « variable d'ajustement », attribué jusqu'alors au producteur, a juste migré… vers le consommateur.

Aucune nouveauté en la matière, pas même le début d'une transparence sur la répartition entre acteurs dans la chaine de valeur qui laisserait au consommateur le sentiment que le surcoût qui va lui être facturé ira bien au producteur ! Aussi, sans la volonté de remettre en cause les bons gros et gras dividendes dont l'industrie agroalimentaire et la grande distribution se nourrissent, il y a de fortes chances que les consommateurs restent sur leur faim…

L'équipe nationale souhaite à tous une bonne année 2018.


Sommaire

L'ACTU de l'AFOC

-  Vente de billets d'avion... des pratiques frauduleuses sanctionnées (p. 2)
-  Optique et audioprothèse : transparence sur les tarifs et meilleure traçabilité (p. 3)

A SAVOIR

Pages spéciales : « Médiation du tourisme et des voyages »
-  Interview de Jean-Pierre Teyssier, médiateur du tourisme et des voyages (p. 4-5)
-  Le médiateur du tourisme (p. 6)g Ouragan Irma : attention aux maladies digestives et aux piqûres de moustiques dans les caraïbes (p. 7)
-  Passagers aériens : que faire en cas de faillite d'une compagnie aérienne ? (p.7)

AGENDA (p. 8)



ASSOCIATION FORCE OUVRIÈRE CONSOMMATEURS 141, Avenue du Maine - 75014 Paris - Tél: 01 40 52 85 85 - Fax: 01 40 52 85 86 - afoc@afoc.net